Kamila Loïodice
Psychologue clinicienne à Rousset
 
Kamila Loïodice, Psychologue clinicienne à Rousset

La séance pour l’enfant

La séance pour l’enfant

Il est important de proposer une psychothérapie pour votre enfant s’il est face à des réalités telles que :

les difficultés d’apprentissage, le déficit d’attention, les troubles de comportement, l’hyperactivité, l’anxiété, la dépression, les troubles alimentaires, l’énurésie, l’encoprésie, les troubles du sommeil, le deuil, la séparation et le divorce, les abus, les traumatismes.

 

Le premier rdv se déroule toujours en 2 séances séparés, (mais facturés comme un seul) quel que soit l’âge de l’enfant et la raison de sa consultation.

Durant la première séance je reçois l’enfant sans ses parents qui seront demandés de patienter dans la salle d'attente. Je propose alors à l'enfant de dire avec ses mots comment il a compris la raison pour laquelle il est là. Je lui explique ensuite les principes de la démarche thérapeutique, par exemple l’obligation d’avoir l’accord de ses parents pour poursuivre une thérapie mais également les règles de la confidentialité que je dois respecter. L’enfant est ainsi informé que c’est lui qui est le centre du travail thérapeutique et peut ainsi investir l’espace qui lui est dédié et se confier sans craindre le jugement ou la divulgation de ses confidences. Le fait d'être reçu seul mais dans un cadre sécurisant et avec ses parents à proximité donne souvent à l'enfant la possibilité de se confier plus librement par exemple parce qu'il n'a plus à craindre qu'il rendra ses parents tristes parce qu'il ne va pas bien. Cependant si le jeune patient refuse d'être séparé de ses parents sa demande est évidemment  respectée.

En deuxième séance, de préférence quelques jours plus tard, je reçois les parents, si l’enfant le souhaite il peut également être présent mais ce n'est pas indispensable. Durant cette rencontre j’invite les parents à décrire les difficultés de leur enfant tout comme leurs positionnements, leurs craintes et leurs capacités de le soutenir. Une fois que l’enfant et ses parents se sont exprimés on peut commencer le suivi thérapeutique proprement dit.

Parfois les enfants ne parlent pas ou peu durant l’entretien psychologique. Je leurs propose alors d’exprimer à travers les jeux et les dessins qui font partie des méthodes projectives. Systématiquement j’informe les parents sur l’avancement thérapeutique de leur enfant. La communication avec eux fait partie intégrale de la prise en charge de l’enfant.

Le nombre de séances est variable, en fonction de l’intensité de la souffrance du petit patient.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.